dimanche 28 juillet 2019

Spider-man : far from Hamlet


Spider-Man : far from home est le film idéal pour qui, comme moi, ne suit plus que d'un œil les sorties Marvel. Je me souviens m'être dit, devant Captain America : Civil war en 2016, que le studio avait bradé ses super-héros, qu'il était impossible désormais de prendre au sérieux cette farce en costume où chaque personnage n'est que le figurant d'une insipide histoire collective. J'ai d'ailleurs découvert les derniers développements de la saga dans l'introduction de ce nouvel opus de Spider-Man, avec tous ces gens qui se volatilisent et reviennent en un claquement de doigt. L'intérêt du film est d'intérioriser, via le personnage de Mysterio, l'idée selon laquelle les super-héros existent si peu qu'ils peuvent disparaître et réapparaitre à l'envi. Mysterio est un ancien employé de feu Tony Stark, cherchant à prendre sa place en simulant des combats épiques dont il est le héros : sous les apparences de l’affrontement super-héroïque se cache une armée de drones contrôlés par le félon. Entre les lignes, le film fait l’aveu de sa propre vacuité : l’illusion qui le fonde ne tient qu’à un fil.

Il n'est pas anodin non plus que, dans cette nouvelle série de Spider-man avec Tom Holland, ce soit un adolescent qui soit confronté à cette réalité intermittente et précaire. Une réplique shakespearienne, tirée d'Henry IV, est citée comme alternative aux grands pouvoirs impliquant de grandes responsabilités - "Uneasy lies the head that wears a crown" -, mais c'est tout aussi bien le "To be or not to be" d'Hamlet qui aurait pu servir à relier toutes les intrigues entre elles : être ou ne pas être le nouveau Tony Starck, être ou ne pas être le petit ami de MJ, et être ou ne pas être tout court, dans les mises en scène oniriques échafaudées par Mysterio. Rien de sérieux, pourtant, dans ce voyage de classe où les capitales européennes défilent tout en faisant de la crise identitaire de Peter Parker un matériau de teen movie. Si le spectre paternel de Tony Stark fait son apparition, c'est sous la forme désormais totalement démonétisée du super-héros Marvel : une pair de lunette donnant accès à une palette de pouvoir, ou une machine à fabriquer le costume idéal.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire